5 trucs pour maigrir sans sport

5 trucs pour maigrir sans sport

Lire la suite 0 commentaires

Infolettre de février 2017

Une séance de massage : un cadeau qui a du sens !

Lire la suite

Le 14 février, honorez la personne que vous aimez

Offrez une séance de massage alliant douceur et dynamisme à celui ou celle que vous aimez.
Une séance de digipuncture à offrir à son Valentin, sa Valentine ou... soi-même si on s'aime suffisamment !

 

 

 

 

 

Offrez une séance de massage alliant douceur et dynamisme à celui ou celle que vous aimez.

 

Appelez le 06 80 03 04 79

 

pour offrir, vous faire offrir, ou vous offrir à vous-même

ce cadeau-massage qui a du sens !

Offre spéciale valable jusqu'au 14 février.

 

En savoir plus sur les bienfaits d'une séance de digipuncture

Au printemps, apprenez un massage à partager avec vos enfants de 4 à 12 ans

Le poster qui récapitule les 15 mouvements de massage de la Routine de Misa-France
Chaque mouvement de massage porte un nom rigolo facile à retenir

 

L'apprentissage du massage parent/enfant appelé la "Routine" se déroule sur trois séances de 45 minutes à une heure en binôme ou trinôme, c'est-à-dire un ou deux enfants de 4 à 12 ans avec un ou deux parents. Chacun donne et reçoit la « Routine ».

 

La prochaine session aura lieu en mars-avril au tarif de 50€ pour un binôme (un parent et un enfant) + 20€  un parent ou un enfant supplémentaire. Avec un trinôme, on apprend alors avec une personne au milieu qui donne et reçoit en même temps.

 

Les dates programmées à Sainte Luce au 293 rue de la Bougrière de 17h30 à 18h30 sont :

- vendredi 10 mars,

- vendredi 24 mars,

- vendredi 7 avril (à confirmer avec le groupe au complet le 10/03)

 

 

 

En quoi consiste ce massage, moment privilégié en famille ?

C’est un outil de communication facile, rapide et efficace, qui se pratique habillé et sous la forme de massage assis effectué sur le dos, les épaules, les bras et la tête. Une fois appris, il dure entre 10 et 15 minutes, comprend une quinzaine de mouvements aux noms rigolos, comme le boulanger, le coiffeur, la promenade de l’ours, etc... Il est pratiqué tour à tour, par l’enfant et le parent. Pour l'apprendre ensemble sur 3 séances, l'animatrice reproduit les mouvements avec ses mains dans l'espace et vous guide avec des supports en images.

L'intérêt de ce massage en famille est la communication douce et non verbale, un moment de partage nouveau, calme et ludique qui vient enrichir la relation enfant/parent et décontracter la famille.

Pour toute autre question, consulter la page du site de "Sens du toucher" consacré aux ateliers ou appelez-moi.

Le plaisir de donner et recevoir un massage grâce aux ateliers "Tout Simplement"

Affiche des dates des ateliers de l'Association "Tout Simplement" relaxation par la présence à soi et le massage
Encore 4 séances pour tester la présence à soi grâce au massage loisirs relaxant.

 

Les ateliers de l'Association "Tout Simplement" sont des moments d'évasion du quotidien qui vous permettent d'acquérir une belle "boîte à outils" de différentes sortes de massages qui apportent la paix et la relaxation à la personne qui donne autant qu'à celle qui reçoit !

 

" Notre vraie présence est ce que nous avons de mieux à offrir aux autres." a dit Thich Nhat Han, maître zen vietnamien contemporain résidant en France. Cultiver l'art du massage en le donnant et en le recevant, tour à tour, vous ouvre cette porte du moment présent.

 

Les prochaines dates :

- 3 mars Shiatsu à St Aignan de Grand Lieu

- 25 mars Massage des 5 extrémités à Oudon

- 12 mai Massage à l'huile du dos à Oudon

- 20 mai Massage Tanaka (souffle et toucher) à St Aignan

 

Vous pouvez aussi demander une carte cadeau et offrir un atelier à l'occasion d'un départ à la retraite, d'un anniversaire ou pour offrir à votre couple le plaisir d'une activité partagée et... renouvelable !

 

Pour en savoir plus sur les ateliers loisirs de sensibilisation en Massage Bien-être à Oudon (44521) et à St Aignan de Grand Lieu (44860) : ateliertoutsimplement.over-blog.com

ou appeler Nathalie au 06 21 10 71 99 avec qui je co-anime les ateliers à Oudon.


L'hiver : restaurer nos forces pour amorcer un nouveau cycle

Si comme moi vous ressentez le besoin d'hiberner en ce moment, c'est normal ! Le nouvel An chinois aura lieu le 28 janvier seulement : nous sommes au coeur de l'hiver. En énergétique chinoise, cette saison correspond au mouvement "Eau", le grand YIN.

Ce qu'en dit Isabelle Laading dans "Les cinq saisons de l’Energie" :

La puissance de l’Eau s’apparente à la force vitale qui travaille au sein de la graine, lorsqu’elle s’enfouit dans la terre en hiver. L’arbre est contenu dans la graine ; peut-on imaginer la force de vie cachée sous le sol gelé de janvier ? Ces milliards de turbines invisibles qui attendent l’énergie Yang du Printemps pour exprimer la vie par tous les pores de la terre ? La mort n’est qu’apparente ; des grains de blé trouvés dans des vases égyptiens et exposés à la lumière et à l’humidité ont germé, 4000 ans après leur naissance …

L’Hiver marque la fin du cycle annuel et exprime la manifestation du Yin maximum, caractérisé par les phénomènes d’intériorité et d’involution.

Si la vie économique et sociale de nos pays, qui se disent développés, ne nous permet pas d’envisager une totale hibernation et puisqu’aucun phénomène ne peut croître sans respecter des phases de repli, il est temps, l’Hiver de nous reposer, de restaurer nos forces pour amorcer un nouveau cycle. Ainsi, le cycle saisonnier contraint tout être vivant aux mêmes exigences d’alternances de rythme qui, si elles ne sont pas suivies, entraînent forcément un déséquilibre.

Cette orientation délibérée vers le repos, les rythmes lents, entretient nos forces vitales thésaurisées par les reins. Toute activité extérieure trop prononcée perturbe ces énergies concentrées, fragilise l’organisme et déstabilise les fonctions psychiques.


Vers un autre mode d’être dans le monde

Sur ma page Facebook, Sens du toucher - Annette Georget

j'ai partagé un article sur "Accélération, fuite du temps : le burn-out menace quasiment tout le monde" de Hartmut Rosa, sociologue et philosophe. Voici quelques extraits :

- On est pressé en raison de la somme des tâches à faire qui a explosé : le nombre d’entrées sur notre « to do list » (pense-bête) surpasse le temps dont nous disposons. Les attentes légitimes se sont démultipliées : on attend de plus en plus de nous et chacun attend de plus en plus de soi-même et des autres. Ces attentes ne se limitent pas au monde du travail : prendre soin de sa famille, entretenir sa forme, etc. Nous les nourrissons nous-mêmes : nous voulons partir en week-end ou en vacances dans tel endroit, aller au cinéma, écouter des concerts, que sais-je encore. (...)

- La dynamisation incessante de la vie risque d’obérer notre capacité à être attaché au monde, à entrer en résonance avec d’autres et de conduire au burn-out. (...)

- Pour neuf euros par mois, vous accédez à toute la musique que vous souhaitez. Est-ce bien ou mal ? En tous les cas, la probabilité d’écouter vraiment la musique et de vivre une expérience intense à travers elle décroît. La résonance, c’est quand on est touché par un morceau de musique, un lieu, un ami… qui trouvent un écho en vous. Quand vos yeux s’illuminent ou s’embuent. Mettre le monde à votre portée est le projet de la modernité ; sa part d’ombre, c’est le risque d’aliénation. (...)

- La vitesse crée cette forme de vie aliénée : il y a tant de gens à qui je parle, tant de villes où je passe, que je n’arrive plus à créer du lien. (...)

- Bien sûr, vous pouvez décider le soir d’arrêter de faire des choses, mais il en reste sur la liste et vous aurez à les faire demain. Dès lors, les gens vont au monastère ou font de la haute montagne, pour une semaine ou deux, et recréent artificiellement cet état. Là, il n’y a ni télévision, ni internet, ni aéroport, mais du silence. (...)

- Je prétends qu’une société qui ne peut se stabiliser que dynamiquement, à partir d’une accélération permanente, crée un contexte où la résonance est quasiment impossible. Il existe aujourd’hui toute une industrie de la « pleine conscience ». Tout comme le désir de lenteur – la « slow food », « slow science »... – elle exprime l’envie d’une autre relation au monde, d’un autre mode d’être dans le monde.

 


La simple joie d'être

C’est lorsqu’il découvre son être essentiel, au plus profond de lui-même, que l’homme fait l’expérience du calme, de la sérénité, de la confiance ; qualités d’être qui manquent cruellement à l’homme actuel.

Regardez un nouveau-né. Dans la mesure où ses besoins fondamentaux sont assurés, il vit son existence de manière sereine, dans la simple joie d’être. Mais ce niveau d’être, le moi naturel, va petit à petit laisser place à un autre niveau d’être : l’ego, le moi conditionné.

À cause de notre « identification » à l’ego, nous vivons séparés de notre être essentiel. Il est la source de l’angoisse et des états qui accompagnent l’angoisse – appréhension, stress, désarroi. Prendre du recul a pour but de retrouver notre être essentiel, à l’origine de la paix intérieure qui est l’état de santé fondamental de l’être humain. Identifié à son ego, l’homme a toujours la sensation d’un manque intérieur – que la société de consommation n’arrive pas à combler.

 

Notre vraie nature se manifeste dans les moments de notre existence au cours desquels nous ne nous posons plus la question du sens de la vie, parce que notre vécu donne sens. Ce peut être en regardant un coucher de soleil, en écoutant un concert de musique classique ou en dansant sur un rythme techno. Ce peut être en se baignant dans le silence d’un monastère cistercien, dans le silence après l’amour ou dans le silence qui suit après avoir reçu un bon massage. Ces moments au cours desquels chacun vit la plénitude de l’être, se sent tout simplement en ordre.

 

Rien n’est plus difficile d’accès à l’homme contemporain que le tout simple comme exercer son attention sur le moment présent. « C’est l’attention qui guérit », disait le Bouddha à ses disciples. Elle guérit, par exemple, de cette maladie propre à l’être humain et qui consiste à courir, en pensée, dans le passé qui n’est plus ou dans le futur qui n’est pas encore. Être vraiment présent à chaque action de la vie quotidienne est un chemin de guérison. Pas oublier le passé ou ignorer l’avenir, simplement ne pas oublier le présent.

À chacun de décider s’il veut continuer à vite se lever… pour vite petit-déjeuner… pour vite aller au boulot… pour vite être hospitalisé pour infarctus ou dépression ! « Si tu ne trouves pas le calme ici et maintenant, où le trouveras-tu ? Et quand ? » C’est une question à se poser fréquemment au cours d’une journée. D’autant plus si je suis derrière une dizaine de personnes à la caisse du supermarché ou arrêté à cause d’un bouchon sur l’autoroute.

Notre agitation est aussi liée à notre environnement, aux autres. Cela ne dépend pas que de nous certes, mais dépend de moi le fait que je m’identifie à un ego constamment impatient, agité, agressif, réactif… Cette quête d’un mieux-être personnel peut sembler égoïste. Cependant, quel cadeau, pour l’enfant qui rentre de l’école, d’être accueilli par une maman qui lui offre du temps! Quelle chance pour une entreprise si ceux qui la dirigent retrouvent leur propre humanité à travers un exercice de méditation quotidien ! Si je prends chaque jour un moment de recul, c’est pour offrir aux autres ces qualités d’être qui manquent le plus à nos contemporains : la tranquillité du corps, la sérénité de l’esprit et la paix de l’âme.

 

Extrait d'un article de Jacques Castermane « Nous vivons séparés de notre être essentiel » in Psychologies magazine